Histoire de la ville de Mostaganem

Publié le par ABID Mohamd amine


carte-2.gif


Mostaganem (arabe: مستغانم), est une ville et wilaya d'Algérie.

Elle est la 27e wilaya dans l'administration territoriale algérienne. (104 m d’alt. ;140 000 hab.;ch-l. d’une wilaya de 704 000 hab.) ; située sur le rebord d’un plateau côtier, la ville contemple à l’ouest la large baie d’Arzew que termine le Djebel Orousse ; elle est assise sur les rives de l’Aïn Sefra dont, à plusieurs reprises et notamment en 1927, elle a eu à redouter les crues ; elle se compose d’une ville neuve, très étendue, et d’une vieille ville, plus compacte, accrochées de part et d’autre d’un profond ravin creusé par l’Aïn Sefra, qui arrose des jardins. La localité est bien située au débouché des plaines du Chélif et de la Macta, Bien qu’elle ait depuis longtemps cédé le pas à la métropole de l’Algérie occidentale, Oran, Mostaganem est une ville aimablement grouillante. Elle a gardé un caractère ancien, mais s’est également ouverte à une économie moderne avec la création d’une sucrerie produisant de 70 à 80 000 tonnes de sucre raffiné par an, ainsi qu’une usine de pâte à papier traitant 180 000 tonnes d’alfa par an. Université de Mostaganem 1978 (ex- Institut de Technologie agricole 1970).

la ville moderne, au plan régulier, n'offre pas d'intérêt. La cité ancienne, souvent dévastée par les crues (1927 encore) de l'oued Aïn Sefra , est dominée par le Bordj el Mehal, couramment appelé fort turc :un jardin public y a été aménagé (1964),avec de curieuses architectures pseudo-japonaises. Joli point de vue sur la ville et le port. Mosquée Mérinide, en partie du 14ème siècle. Vers le N, extension urbaine du quartier de Tijdit. Plus loin, on arriverait aux plages de Moulin Bigore , Baie aux Pirates et Karouba (5km).

Au S, immenses plages de la Salamandre et des Sablettes, au pied des dunes et de la forêt d'Ouréah.Sur la route de Mohammedia, ex-Perrégaux, on passerait à Mazagran, qui vit la défaite des Espagnoles d'Oran en 1558 devant une armée turque, et un célèbre combat entre Français et Arabes en 1840. Plus loin, Hassi Mamèche, ex-Rivoli, et Aïn Nouissy, ex-Noisy-les-Bains.

La corniche des Dahra offre le plus beau paysage de cette partie de la côte Turquoise avec ses falaises escarpées.

Mostaganem, fière de son patrimoine culturel , se targue d'avoir donné naissance à des personnages illustres comme le dramaturge Abderahmane Ould, dit Kaki, le metteur en scène Mohamed Chouikh, et des Historiens tel Moulay Ben Hamissi. Fief du théâtre amateur et populaire , elle abrite les grands spécialistes de la musique andalouse, de la musique populaire citadine (chaâbi) et les maîtres de la tradition musicale bédouine (cheikh Hamada, cheikh Djilali Aïn Tedles).

A la plage réputée les Sablettes, à l'ouest, préférer les plages de l'est comme Aïn Brahim où la pinède descend jusqu'à la mer .


Communes de Mostaganem : 32 (code wilaya : 27)
Abdelmalek Ramdane, Achaacha, Ain Boudinar, Ain Nouissi, Ain Sidi Cherif, Ain Tadles, Bouguirat, El Hassiane, Fornaka, Hadjadj, Hassi Maameche, Khadra, Kheireddine, Mansourah, Mesra, Mezghrane, Mostaganem, Nekmaria Ouled Boughalem, Ouled El Kheir, Ouled Maallah, Safsaf, Sayada, Sidi Ali, Sidi Bellater, Sidi Lakhdaara, Sirat, Souaflia, Sour, Stidia, Tazgait, Touahria.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article